Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Casse-croûte

Un blog politique et culturel au service d'un éco-socialisme gourmand.

Publié le 1 Juillet 2017 par Nicolas Marjault

« Niort, c’est ensemble » disait la publicité de 2014… Mais, ensemble comment ? Et surtout ensemble pourquoi ?

Ensemble comme l’Ensemble Socioculturel Niortais que la municipalité s’est appliquée à faire mourir à petits feux. Ensemble comme l’ensemble de la création artistique contemporaine dont elle s’est rapidement désengagée (Cnar, Teciverdi, Dispositif de soutien aux compagnies…). Ensemble comme des voisins vigilants qu’on encourage à s’épier ? Ensemble comme des consommateurs vidéosurveillés ? On peut être ensemble pour le meilleur mais aussi pour le pire.

D’ailleurs, la municipalité est tellement consciente d’aller à rebours des dynamiques associatives et coopératives qui ont fait toute la richesse de ce territoire, qu’elle n’assume jamais ses choix. Ce fut d’abord la faute de la municipalité précédente et ce fut ensuite celle de l’Etat mais jamais ô grand jamais, le fruit d’une volonté assumée de détruire une certaine façon d’être dans la ville. Pour monsieur le maire, point de débat. Niort la solidaire créative doit désormais faire place à Niort la villageoise pacifiée.

Et tout cela pourquoi ?

Pourquoi cultiver la niorstalgie ? Pourquoi, à l’heure où le monde frappe à nos portes, où les informations, les capitaux, les femmes et les hommes circulent comme jamais, la municipalité se complait à renvoyer l’image « d’un lieu loin de tout, sans horizon et sans ambition » [« Les mots de la géographie », sous la dir. De Roger Brunet, Reclus, 1993] ?

En géographie, « le trou » est souvent le souvent le produit du « villagisme », c’est-à-dire de l’image d’une ville nostalgique et repliée sur elle-même [« Les mots de la géographie », op. cit.]. Attention danger, car s'il est facile de détruire; construire est toujours plus compliqué.

Nicolas MARJAULT

Commenter cet article