Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Casse-croûte

Un blog politique et culturel au service d'un éco-socialisme gourmand.

Reprendre la main

Publié le 29 Avril 2017 par Nicolas Marjault

Il nous faut parfois comprendre pourquoi certaines évidences n’en sont plus afin de mesurer pleinement les risques encourus. Le fait même que notre dernier post (« Reprendre notre liberté ») ait été lu par près de 2000 citoyen-ne-s nous encourage à poursuivre nos échanges à ciel ouvert et toujours dans le respect de chacun-e-s.

Le 21 mars dernier, autant dire il y a une éternité, nous écrivions cela : « Comme toutes les bulles, l’envol de Macron repose sur un malentendu. (…) En surjouant la centralité, le renouvellement et le rassemblement, Macron esquive sa propre déconnexion idéologique avec le peuple français. » Et dans cet article au titre que nous ne souhaitons surtout pas prémonitoire « Pourquoi Le Pen pourrait entrer à l’Elysée », nous ajoutions en guise de conclusion : « le propre d’une bulle, c’est de finir un jour ou l’autre par éclater. Or, chacun sait que lorsqu’un système vacille, c’est celle ou celui qui a l’électorat le plus déterminé qui résiste le mieux à la houle. »

Et bien, la bulle éclate sous nos yeux au moment le plus attendu ; moment qui, si nous n’avions pas eu la guéguerre des appareils et des égos, aurait dû permettre à la gauche de transformation écologique et sociale de répondre enfin aux attentes des citoyen-ne-s de ce pays. Nous voilà donc face à ce qui n’aurait jamais dû arriver : confier la République à quelqu’un (et non pas quelqu’une) qui vient d’atteindre son seuil d’incompétence (autrement appelé principe de Peter).

Souvenez-vous, c’était dimanche dernier, Emmanuel macron prenait la parole devant une France médusée. Passons sur les clins d’oeil pour le moins déplacés à ses militants ; passons sur le show à l’américaine avec son épouse ; passons même sur l’épisode plus que fâcheux de la Rotonde et contentons-nous d’en revenir à la conclusion hallucinante de son discours sur le défi qui nous attendrait tous entre les deux tours ; à savoir qu’il ne s’agirait pas de « voter contre » mais de voter pour « une majorité de gouvernement ».

Dans son euphorie inconsciente, Macron a donc été le premier à éluder la nature même du lepénisme et à enterrer dans le même élan, le sursaut républicain. Doit-on rappeler l’introduction du discours de Jacques Chirac le soir du 21 avril 2002 : « Aujourd'hui ce qui est en cause, c'est notre cohésion nationale, ce sont les valeurs de la République auxquelles tous les Français sont profondément attachés. » Ce soir-là, Chirac savait qu’il devait parler, non pas à son quarteron de fidèles déconnectés du réel, mais à toutes celles et tous ceux qui n’avaient jamais voté pour lui et ne le referait jamais plus après.

Il suffit de jeter un œil aux affiches du second tour pour comprendre que Marine Le Pen ne s’était préparée qu’à une seule chose, désarmer tout sursaut républicain. Or, si Emmanuel Macron reste en orbite du peuple français, que François Hollande lui-même brouille les frontières de la République en invitant dès le lendemain du premier tour, Le Pen à se rendre à l’hommage national en mémoire de Xavier Jugelé (le policier tué sur les Champs-Elysées), que risque-t-il advenir d’après vous ?

Aujourd’hui, nous avons moins besoin de Front républicain que de Républicains ; moins besoin de consignes ou de non consignes (qui sont autant de mises en scène stratégiques) que d’une conscience républicaine défendue dans l’espace public (et pas seulement dans la sphère médiatique). Macron s’est condamné lui-même à n’être au mieux un président de IVème République bon à couper des rubans ; c’est donc à tous les citoyen-ne-s de porter dès maintenant la VIème République avant que nous n’ayons plus de République du tout. Allez pour conclure, quelques mots d’Eugène Pottier (1871) - : « C’est assez languir en tutelle / L’Egalité veut d’autres lois / Pas de droits sans devoirs dit elle/ Egaux pas de devoirs sans droits ».

Nicolas MARJAULT

Commenter cet article